top of page
Rechercher
  • khazzaka

L’ŒIL ROUGE DE LA MAISON BLANCHE SUR LES CRYPTOS


La Maison-Blanche a son œil fixée sur les cryptomonnaies et la révolution blockchain en cours. Elle vient de publier ce mois de septembre 2022 son tout premier cadre complet, pour ce qu’elle appelle « le développement responsable des cryptoactifs ». Ce rapport est le premier de son genre aux États Unis et vient en réponse à l’ordre exécutif 14067 lancé le 9 mars 2022 par le président américain Joe Biden, qui avait demandé au gouvernement fédéral de peser les risques liés à l'utilisation des cryptoactifs et de rechercher la possibilité d'utiliser une monnaie numérique de la banque centrale… la fameuse MNBC ou le dollar digital.


Assurer le développement responsable des crypto-actifs, serait une contrainte indispensable pour atteindre les objectifs des États-Unis en matière de changement climatique. Les États-Unis se sont engagés à lutter contre la crise climatique et à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 50% à 52% par rapport aux niveaux de 2005 d'ici 2030, à parvenir à un réseau électrique sans pollution par le carbone d'ici 2035 et à atteindre des émissions nettes nulles au plus tard en 2050, tout en privilégiant la “justice environnementale”. La Maison Blanche vient opposer l’impact des cryptoactifs à l’objectif de réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) anthropiques à zéro net d'ici le milieu du siècle!


La Maison Blanche a développé certaines convictions et va prendre des mesures pour transmettre ces décisions américaines liées aux cryptoactifs aux agences internationales telles que le G7, le G20, l'OCDE, le FSB, le Groupe d'action financière (GAFI) et l'Organisation internationale de normalisation.


Ce mouvement n’est pas isolé au monde, en France par exemple, Bercy s’intéresse aussi à l’impact environnemental des cryptos et prépare un rapport équivalent qui sortira en novembre 2022. Valuechain a participé aux auditions de Bercy sur l’impact environnemental des cryptos suite à notre publication de l’étude mondiale “Bitcoin: Cryptopayments Energy Efficiency”


Quelles sont les recommandations et les décisions de la Maison Blanche à ce sujet c’est exactement ce que je vous propose d’analyser ensemble dans cet article et une nouvelle vidéo Valuechain.



Fiche d’identité du rapport


Le rapport de la Maison Blanche qui s’intitule “Implications climatiques et énergétiques des crypto-actifs aux ÉTATS-UNIS” a pour objectifs:

  1. d’examiner les liens entre les technologies de registre distribué (DLT) et les transitions énergétiques

  2. d’évaluer le potentiel de ces technologies d'entraver ou de faire progresser les efforts de lutte contre le changement climatique aux Etats-Unies et à l'étranger

  3. de determiner les impacts de ces technologies sur l’environnement.

Rappelons d’abord qui est réellement derrière ce rapport de la Maison Blanche. Le Président Joe Biden a ordonné au Assistant du président pour les affaires de sécurité nationale et à l’Assistant du président pour la politique économique de travailler avec le Bureau de la politique scientifique et technologique de la Maison Blanche (OSTP) et les agences fédérales via un Comité d'orientation inter-institutions américaines. Parmi la longue liste des institutions on trouve:

  • Le Département de la Homeland Security (DHS)

  • Le Département de l'énergie (DOE)

  • Le Département du Trésor (Trésor)

  • Le Conseil de la Réserve fédérale (FRB)

  • Le Bureau du directeur du renseignement national (ODNI)

  • Et curieusement l’Agence américaine pour le développement des aides internationales des Etats Unies (USAID)

Ce qui donne déjà un aperçu de l’importance qu’accorde désormais la Maison Blanche aux développements de la révolution blockchain et crypto au monde.

Analysons ensemble les affirmations les plus importantes de ce rapport.


Consommation énergétique


La Maison Blanche commence par juger que "les crypto-actifs consomment une quantité importante d’électricité" en se basant encore sur l’imprécis site de Cambridge Bitcoin Electricity Consumption Index selon lequel, la consommation mondiale totale d'électricité pour les crypto-actifs se situent entre 120 et 240 TWh/an. Le rapport saute tout de suite à la comparaison de cette estimation de consommation à des pays tels que l’Argentine (124 TWh/an) à ou l’Australie (238 TWh/an)!

Cela équivaut à 0,4% à 0,9% de la consommation mondiale annuelle d’électricité et aux États-Unis : les crypto-actifs utilisent 0,9% à 1,7% de la consommation totale d'électricité aux États-Unis, ce qui place les États-Unis en tant que pays leader dans le minage de Bitcoin à 38 % de la puissance totale de la PoW en 2022 alors qu'elle n'était qu'à 3,5 % en 2020.


Il est connu aujourd’hui que ces estimations sont largement erronées et imprécises. Les recherches de Valuechain qui viennent d’être publiées par journal scientifique démontrent les erreurs de la méthode de calcul utilisée par Cambridge et qui se base sur un prix moyen de l’électricité des mineurs et une mauvaise connaissance des lieux de minage, ce qui génère une marge d’erreur de -50% à +120% de leurs estimations selon leur propre méthodologie. Valuechain a calculé très précisément la consommation électrique sur la base de la puissance de calcul lisible pour tous sur la Blockchain de Bitcoin et selon le modèle de distribution des unités de minage réel sans jamais passer par le prix inconnu et instable de l’électricité. Sur cette base fiable, la marge d’erreur est réduite à moins de 5%. J’ai eu l’occasion de présenter une mise à jour des données à fin août à l’occasion de l’évènement international Surfin Bitcoin 2022 à Biarritz. La consommation annualisée de Bitcoin est exactement 80 TWh/an et non pas 120 à 240 TWh/an. Bitcoin ne consomme donc que 0,047% de l’énergie produite mondialement (comprenant électricité et pétrole). Pour ceux qui s’amusent encore à comparer Bitcoin à un pays, sa consommation est donc proche de celle de la petite île de Puerto Rico d’environ 3 millions d’habitants!


Le rapport de la Maison Blanche soulève le point qu’au Texas ou le minage par preuve de travail est bien développé, et qu’il utilise environ 3% de la demande d'électricité de pointe locale. ”Cette augmentation soulève des défis potentiels pour le maintien de la fiabilité de l’électricité.” En estimant que Bitcoin consomme environ 1,7 à 2,7 millions de kWh par bloc. Ce qui est aussi faux! Bitcoin utilise un maximum de 1 million de kWh/bloc selon les calculs très précis de Valuechain soit 2 à 3 fois moins de ce que le Rapport de la Maison Blanche avance comme base de raisonnement dérivé du Cambridge Index.


Emission carbone et autres pollutions


Le Rapport de la Maison Blanche distingue bien que la “consommation d'électricité varie considérablement avec les différentes technologies de crypto-actifs” et a estimé qu’en août 2022, Bitcoin représente 60% à 77% de la consommation mondiale totale d'électricité des crypto-actifs, et Ethereum est estimé à 20% à 39% avant le Merge. Puis le rapport décide que Bitcoin et les grandes cryptomonnaies en termes de capitalisation ont généré un total combiné de 140 ± 30 millions de tonnes métriques de dioxyde de carbone par an (Mt CO2/an), soit environ 0,3 % des émissions annuelles mondiales des gaz à effet de serre! Les opérations de minage des cryptoactifs entraînent également des impacts locaux sur le bruit et l'eau provenant des opérations, des déchets électroniques, de l'air et d'autres pollutions provenant de toute utilisation directe d'électricité à partir de combustibles fossiles, ainsi que des impacts supplémentaires sur l'air, l'eau et les déchets associés à toute utilisation de l'électricité du réseau…


La Maison Blanche s’aventure à extrapoler que si l'adoption des cryptoactifs devient plus large cela nécessitent des mesures de la part du gouvernement fédéral pour encourager et assurer un développement responsable. Extrapoler n’est pas prudent car ca ne prend pas en compte les évolutions des couches 2 des blockchains qui viennent, et sans augmenter la consommation, livrer la monté en échelle des services sur blockchain.


C’est la que nous remarquons le besoin de se former pour tous les décideurs publiques à la révolution blockchain. Pour cela Valuechain a préparé une formation en ligne complètement en français et qui dure 2 jours. Elle vous donnera tous les clés indispensables pour adopter la révolution à la fois disruptive mais aussi fondatrice qu’apportent les blockchains. Que vous soyez des décideurs, des dirigeants ou des consultants il est indispensable de se former avant de juger ou de réguler. Vous trouverez le lien de la formation ici.


Revenons au rapport de la Maison Blanche qui a avoué d’un avantage de la Blockchain: ”L'exploitation de minage de cryptoactifs peut être alimentée par du méthane rejeté et des énergies renouvelables”. La réduction des émissions de méthane peut ralentir le réchauffement climatique à court terme, c'est pourquoi l'administration Biden-Harris a publié le plan d'action américain de réduction des émissions de méthane en 2021. L'évacuation et le torchage du méthane dans les puits de pétrole et de gaz naturel gaspillent 4% de la production mondiale de méthane !


Par manque de connaissance de l’industrie de minage, le rapport a pensé qu’elle est semblable aux centres de données. La Maison Blanche pense que les mineurs doivent utiliser un refroidissement par des liquides pour maintenir les ordinateurs dans des plages de températures acceptables. “Dans les centres de données informatiques standards, un seul rack de serveurs typique de 10 kW nécessitera environ 63 000 gallons d'eau potable par an pour le refroidissement de l’air”. Rappelons que la quasi majorité de tous les mineurs au monde n’utilise pas l’eau pour le refroidissement des machines ASIC qui viennent avec un système de ventilation efficace.


Une autre erreur très importante que fait le rapport est sur la durée de vie de ces machines de minage qu’il estime à “un an et quatre mois. C'est plus court que les serveurs de centre de données standard, qui durent de trois à cinq ans”. Cette donnée est complètement hors sol car Valuechain a étudié tous les modèles des ASICs depuis le premier modèle aux nouveaux modèles à venir. Et la durée réelle moyenne des unités de minage est de 4 à 5 ans. D’ailleurs selon le modèle de Valuechain si nous appliquons le paramètre de durée de vie moyenne de 1,33 mois, Bitcoin ne consommerait aujourd’hui que de ~35 Twh/an soit 55% moins que sa consommation réelle actuelle. Je vous rappelle que la consommation d’énergie d’un pays tient compte de sa production d’électricité mais aussi de toutes les energies utilisées dans le transport et le chauffage… l’argument de la Maison Blanche sur la durée de vie de 1,5 ans d’une unité de minage classera Bitcoin proche de la consommation globale de l’île de Chypre ou de l’Albanie!

Notons aussi que le rapport a estimé que le mix énergétique actuel utilisé pour les cryptoactifs est de 30% basé sur de l’énergie renouvelable ce qui est très imprécis car selon toutes les indications de l’industrie de minage, au regard des prix très élevés de l’électricité et de la recherche d’augmentation de la profitabilité des mineurs, actuellement nous estimons à 60% le taux d’énergie renouvelable utilisé par Bitcoin.


Opportunités de la blockchain


Sur les opportunités de la technologie blockchain, la Maison Blanche, sur une note positive, juge que la recherche sur les actifs numériques “peut faire progresser les objectifs américains en matière de sécurité, de confidentialité, d'équité, de résilience et d'objectifs climatiques”. Il est possible que les technologies de la chaîne de blocs jouent un rôle sur les marchés environnementaux, et la DLT pourrait potentiellement permettre la coordination des ressources énergétiques distribuées, ainsi qu'une gestion plus large de la chaîne d'approvisionnement.


Pour aider les États-Unis à respecter leurs engagements en matière de changement climatique, la DLT doit être déployée de manière à permettre des réductions des émissions de GES. "Les avantages de la DLT devraient l'emporter sur les émissions supplémentaires et autres externalités environnementales résultant des opérations pour mériter son utilisation plus large dans l'écosystème du marché des crédits carbone”.


En revanche, le rapport soulèvent la difficulté à prédire les besoins en électricité des cryptoactifs en notant aussi que les modèles de prévision des systèmes énergétiques ne sont pas efficace pour anticiper les “besoins des technologies numériques en général telles que les centres de données et les réseaux de télécommunications, sans parler des réseaux de cryptoactifs et de blockchain” . Cet argument est à pondérer selon Valuechain car les projections futures peuvent être déterminés par d'autres méthodes déjà présentées dans notre papier publié et qui étudie l'efficacité des unités de minage appelés ASICs, qui sont étroitement liées et influencées par la valeur des cryptoactifs et la capacité constatée sur le réseau ainsi que les prix d’électricité à la source. Ce dernier point est bien expérimenté et présenté par Big Block et Sebastien Gouspillou qui rappelle que l’industrie de minage est bien professionnalisée et mobile cherchant à aider aux développants d’usines de productions d’énergie renouvelable, à les rentabiliser et à stabiliser leur réseau de distribution. Sur ce point je vous renvoie aux vidéos et conférences de Sebastien à Surfin Bitcoin et sur GAC pour démontrer l’apport réel de la preuve de travail dans le développant de l’énergie renouvelable en valorisation la sur-production ou en limitant les pertes en temps de basse consommation.


Ensuite le rapport de la Maison Blanche avance une série d’estimations erronées « Entre août 2016 et juillet 2022, l'intensité énergétique moyenne estimée de la plate-forme déployée a diminué d'environ 85 % en raison des améliorations de l'efficacité des calculs. Au cours de la même période, les taux de hachage du réseau ont augmenté de plus de 14000%, entraînant une augmentation de 2000% de l'utilisation estimée de l'électricité sur le réseau. » Encore une fois en se basant sur les hypothèses et les résultats erronés de l'indice de Cambridge le rapport de la Maison Blanche arrive à de mauvaises conclusions. La consommation réelle d'électricité a augmenté de 900 % au cours de cette période et non de 2000%. Ce ci est du à l’amélioration de l’efficience énergétique des unités de minage qui sont désormais capables de produire le même travail mesuré en watt pour 1 tera-hashes. Pour cela nous vous invitons à voir les données de la consommation réelle dans notre papier publié “Bitcoin: Cryptopayments Energy Efficiency”. Vous retrouverez le lien en description.


Les conclusions et les décisions du rapport


Complétons notre analyse de ce long rapport de la Maison Blanche par ses conclusions et décisions.

Le rapport fait appel à des décisions politiques clés et à des innovations critiques, en encourageant la recherche et le développement et des outils d'évaluation nécessaires pour minimiser ou atténuer les implications climatiques, énergétiques et environnementales des cryptoactifs.

  1. Minimiser les émissions de GES, les impacts sur la “justice environnementale” et les autres impacts locaux des cryptoactifs :

  2. Assurer la fiabilité énergétique

  3. Obtenir des données pour comprendre, surveiller et atténuer les impacts : les données doivent inclure l'utilisation de l'énergie de minage et le mix de combustibles utilisés, les accords d'achat d'électricité, les implications en matière de justice environnementale et la participation à la réponse à la demande

  4. Faire progresser les normes de conservation de l'efficacité énergétique pour les équipements de minage de cryptoactifs

  5. Encourager la transparence et l'amélioration des performances environnementales

  6. Poursuivre la recherche pour améliorer la compréhension et l’innovation dans ce domaine.

Les agences américaines tireront parti des positions américaines dans les organisations internationales pour transmettre les valeurs américaines liées aux actifs numériques (telles que le G7, le G20, l'OCDE, le FSB, le Groupe d'action financière (GAFI) et l'Organisation internationale de normalisation).

Les agences promouvront des normes, des réglementations et des cadres qui reflètent des valeurs telles que la confidentialité des données, des marchés libres et efficaces, la stabilité financière, la protection des consommateurs, une application rigoureuse de la loi et la durabilité environnementale.


Enfin le rapport conclus par une note globale positive qu’il “existe des opportunités d'aligner le développement des actifs numériques sur la transition vers une économie à émissions nettes nulles et l'amélioration de la justice environnementale."


Comme annoncé au début de cet article, Bercy aussi s’intéresse actuellement à l’impact énergétique des cryptoactifs. Des acteurs crypto français et européens représentés par l’Adan (Association pour le développement des actifs numériques) ont été reçus à Bercy dans une audition pour préparer la publication d’un rapport français « sur le développement des cryptomonnaies, sur ses enjeux et sur ses impacts environnementaux actuels et à venir », pour réduire l’empreinte environnementale du numérique en France comme indiqué dans l’article 27 de la loi du 15 novembre 2021. J’étais présent au nom de Valuechain et j’ai remarqué que Bercy était déjà informée grâce à mon papier des erreurs de la méthode de Cambridge. Espérons que le rapport français arrivera à des conclusions plutôt encourageantes de l’écosystème crypto et profitera des opportunités de la révolution blockchain et même de la preuve de travail pour le développement des energies renouvelables en France.


Il devient de plus en plus clair maintenant que "Bitcoin = Energy" et ce de manière bidirectionnelle! Il est impossible de produire des bitcoins sans convertir de l’énergie en calcul et il est clair que Bitcoin est à la fois convertible en énergie en aidant au développement de la renouvelable ou en tant que pouvoir d’achat. Nous assistons peut être à la transformation du “Petro-dollar" en cours vers une nouvelle equation “Monnaie Energie" où l'industrie de l'énergie viendrait concurrencer les banques et les banques centrales pour maintenir son rôle de base du système de soutien monétaire aux économies mondiales.


Assisterons-nous à un choc de l'industrie énergétique avec l’industrie bancaire sur la suprématie monétaire? C’est ce que nous allons suivre dans l’évolution de cette transformation profonde de nos systèmes grace à la révolution Blockchain en cours.





Comentarios


bottom of page